Marie-Madeleine est originaire de Bafang, dans le pays Bamiléké situé dans l’Ouest du Cameroun, pays des montagnes, doté de terres agricoles riches où sont cultivés notamment le café, les bananes et du plantain. Cette petite zone géographique est très peuplée et éloignée des côtes et des fleuves.

L’ethnie Bamiléké est la principale ethnie du Cameroun et est réputée pour son esprit travailleur et son esprit entrepreneur, caractère qu’elle a acquis à la suite de mises à l’écart et de lutte pour la survie.

Marie-Madeleine est mariée à Germain NDJIEUNDE, ancien Responsable de l’enseignement supérieur du Cameroun, avec qui elle a 5 enfants et 5 petits enfants. Elle a 17 frères et sœurs (dont 8 du même lit) et de très nombreux cousins. Plusieurs membres de sa famille vivent en France, en Belgique, en Amérique et  ans d’autres pays africains.

Professeur de lettres, Marie-Madeleine a enseigné pendant 19 ans (de 1978 à 1996) au Lycée Général Leclerc à Yaoundé, puis a travaillé au Centre de Formation Professionnelle de l’Audiovisuel de la CRTV (Cameroon Radio Television), comme Chef de service de la discipline et de l’enseignement du français pratique, puis Sous- Directeur chargé de la discipline, avant de prendre sa retraite en 2011.

C’est donc autour des valeurs de l’éducation, de la solidarité et du suivi de l’évolution des jeunes que Marie-Madeleine a bâti avec passion sa carrière professionnelle et sa vie. Elle connaît particulièrement bien le monde des collèges et des lycées et habite dans un quartier proche du Lycée de NKoleton où nous nous efforçons de regrouper les enfants de Educ’Actions.

Marie-Madeleine est responsable des inscriptions scolaires, du suivi scolaire, du suivi santé, du suivi des familles, de l’animation des bénévoles, de la gestion du budget annuel. Elles est aidée au sein de l’association par deux bénévoles, Bienvenu et Hamidou, deux aînés des enfants de Educ’Actions. Elle peut aussi compter sur l’appui du Dr Jean-Jacques WOUNDFACK qui est pharmacien et qui suit l’association depuis sa création par Claudine Bouffier.